Magnanville : le maire contre l’arrivée de 80 migrants à l’hôtel privé Éclipse

abou
Par abou juillet 30, 2020 12:44

Magnanville : le maire contre l’arrivée de 80 migrants à l’hôtel privé Éclipse

Aboubakry N’diaye – Publié le 30.07.2020, 12h30

Prévenu mercredi par la sous-Préfète à la Politique de la Ville de l’arrivée à Magnanville de 80 migrants qui seront logés à l’Hôtel privé Éclipse, Michel Lebouc, maire DVG est en colère.

Découvrez ci-dessous le communiqué du maire.

 « Je suis scandalisé par cette façon de faire. Les bien-pensants parleront de la France Terre d’Asile, de notre devoir d’accueillir les migrants… Oui, bien sûr ! Mais pas n’importe comment, pas sans moyens, pas sans concertation !

Quels moyens l’État donne-t-il aux villes comme la nôtre pour gérer cette arrivée de 80 personnes ? 

Nous sommes une commune de 6300 habitants et nous accueillons déjà sur le territoire, à la fois un foyer social « Les Toits Solidaires » depuis 2010 et des familles au sein de l’ancien Hôtel Formule 1 acheté par l’État en 2016 et converti en un hébergement « d’urgence » géré par ADOMA.

A l’époque déjà, j’avais vivement dénoncé les conditions d’accueil déplorables dans cet hôtel avec des problématiques qui perdurent et qui impactent le fonctionnement de la ville (salubrité, besoin d’accompagnement social, suivi de la scolarité des enfants avec spécificité, aides financières aux familles pour la cantine, etc).

Aujourd’hui, la ville va recevoir 80 migrants dans un hôtel privé Eclipse qui a reçu un avis défavorable de la commission de sécurité en octobre 2019. 

Un avis défavorable toujours d’actualité puisque depuis, il n’y a pas eu de nouvelle visite de cette commission. Cela implique que nous n’avons même pas la certitude que cet établissement remplit toutes les conditions de sécurité pour les personnes qu’il s’apprête à loger !

Et quelles mesures de protection pour ces migrants et pour l’ensemble de la population dans le cadre de l’épidémie de Covid-19 ? A priori, aucune.

Je déplore cette situation scandaleuse, indigne du pays des Droits de l’Homme auquel on se targue d’appartenir. 

La taille moyenne, « bâtarde », des villes comme Magnanville nous exclut systématiquement des moyens dont nous pourrions bénéficier et en tant que Maire, il ne nous reste plus qu’à assumer, au plus proche du terrain, les décisions prises par d’autres, dans d’autres sphères. Je ferai de ma colère légitime un cheval de bataille pour réclamer des comptes à qui de droit et faire entendre la voix des Magnanvillois. »

mantes-actu.net

abou
Par abou juillet 30, 2020 12:44

Abonnez-vous à notre newsletter