Enseignant assassiné à Conflans : la réaction du Conseil Régional du Culte Musulman Ile-de-France Ouest

abou
Par abou octobre 17, 2020 23:16

Enseignant assassiné à Conflans : la réaction du Conseil Régional du Culte Musulman Ile-de-France Ouest

Aboubakry N’Diaye – Publié le 17.10.2020, 23h43 – MAJ le 18.10.2020, 18h48

Professeur d’histoire-géographie, Samuel P., a été décapité vendredi 16 octobre près du collège du Bois-d’Aulne à Conflans-Sainte-Honorine où il enseignait. Il avait montré à ses élèves des caricatures de Mahomet lors d’un cours le 5 octobre dernier.

Au lendemain de cette attaque terroriste, le Conseil Régional du Culte Musulman Ile-de-France Ouest (78/95) a réagi dans un communiqué par la voix de son président Mehdi Berka.

« Hier soir, la barbarie la plus abjecte s’est exprimée à travers la décapitation d’un enseignant par un terroriste. Nous adressons nos plus sincères condoléances à la famille de la victime, ses amis, ses collègues et nos pensées les plus émues vont à tout le corps enseignant de notre pays qui s’évertue, jour après jour, à faire oeuvre de transmission des valeurs de liberté, d’égalité et de fraternité. Nous sommes, pour beaucoup d’entre nous, les enfants de l’école de la République et notre reconnaissance est infinie !

Ce crime a été commis sous le sceau de la défense du sacré. Mais qu’y a-t-il donc de plus sacré que la vie humaine ? En somme, la nouvelle devise de cette barbarie serait le « dessin ou la vie ». En France, aujourd’hui, un dessin peut coûter la vie !!!

Nos concitoyens musulmans condamnent, avec la dernière énergie, dans leur écrasante majorité, ce crime et sont abasourdis et révoltés qu’au nom de leur religion des actes odieux puissent être commis. Toutefois, une rupture paradigmatique doit être opérée avec une certaine tradition hégémonique où le principe de liberté, proclamé putativement, n’est pas suffisamment hissé sur le pavois.

Un autre principe doit retrouver ses lettres de noblesse : c’est le principe de cohésion. C’est l’affaire de tous mais d’abord celle de l’Etat qui se porte, certes, garant des libertés individuelles mais parfois au détriment de la cohésion sociale et nationale. Là aussi, un changement de paradigme est nécessaire, en réhabilitant la Nation, dans une mondialisation qui brouille tous les repères.

Les instances et lieux de culte musulmans prendront toute leur part pour relever ces défis. Heureux comme Dieu en France, disait-on. Voilà le cap !« 

mantes-actu.net

abou
Par abou octobre 17, 2020 23:16

Abonnez-vous à notre newsletter