Mantes-la-Jolie : opération tonte à cheval au Val Fourré entre le stade nautique et la piscine

abou
Par abou décembre 7, 2020 18:12

Mantes-la-Jolie : opération tonte à cheval au Val Fourré entre le stade nautique et la piscine

Aboubakry N’diaye – Publié le 07.12.2020, 18h07

Pour la première fois, la communauté urbaine Grand Paris Seine & Oise a recours à la fauche à cheval. Ce « chantier vert » se déroule a débuté ce lundi 7 décembre pour une durée d’environ une semaine sur un site de 3,2 hectares entre le stade nautique et le centre Aqualude au Val Fourré Mantes-la-Jolie.

Quand le cheval remplace la machine

Comment entretenir une prairie naturelle en préservant la faune et la flore, tout en minimisant les tassements et les ornières sur les sols provoqués par le passage des engins ? Il suffit de faire appel à des moyens plus naturels. 

C’est pourquoi le service Parcs et Jardins de la communauté urbaine a fait intervenir l’entreprise SMDA, basée à Trappes, pour faucher un espace herbeux de 3,2 hectares bordant le boulevard Sully et le bassin du stade nautique Didier Simond. Pour ce chantier pas comme les autres, des chevaux vont se substituer aux machines motorisées !

Trois à quatre équidés seront présents sur le site pour faucher, ramasser et évacuer les déchets verts. « Ce sont des Ardennais ou des Bretons, précise Valentin Rodrigues, le spécialiste de la société SMDA. Ils tracteront la faucheuse ou le gyrobroyeur. Ces machines pèsent jusqu’à 300 kg alors que ces chevaux de près de 800 kg peuvent tirer jusqu’à trois fois leurs poids. »

Un intérêt écologique et économique

Le fauchage hippotracté apporte une vraie plus-value en termes de préservation de la biodiversité. Il permet de :

Respecter le cycle du végétal qui peut ainsi se ressemer pour se reproduire (coquelicots…)

Préserver les niches écologiques : gîtes et nourritures pour les insectes (araignées, papillons…) mais

aussi pour les oiseaux et les petits mammifères. Cette gestion « douce » de l’habitat faunistique peut

même contribuer à l’apparition d’autres nouvelles espèces

Favoriser la pollinisation

Faciliter l’implantation des plantes telles que les orchidées sauvages (3 variétés sont déjà présentes sur le stade nautique)

Limiter les émissions de CO2, le bruit

Gagner du temps et réduire les coûts selon les chantiers

Enfin, le fauchage à cheval est aussi un spectacle convivial pour les habitants. « Quand on intervient, notamment en milieu urbain, il arrive fréquemment que de petits attroupements se forment pour nous regarder travailler… », conclut Valentin Rodrigues.

Priorité à la protection de l’environnement

Si le recours à la fauche à cheval est une première pour la communauté urbaine, son service Parcs et Jardins

mène déjà régulièrement des actions pour favoriser la préservation de la biodiversité :

Démarche Zéro Phyto (non-recours aux pesticides et autres produits phytosanitaires)

Fauche tardive

Réutilisation des déchets verts après broyage ou compostage pour le paillage ou nourrir les sols

Aménagement d’une prairie fleurie à la Butte Verte et bientôt au stade nautique

Plantation de vivaces, à la fois plus résistantes, nécessitant moins d’entretien et pour certaines attirant les insectes pollinisateurs

Pose de nichoirs à mésange (25 installés à la Butte Verte) en lien avec la Ligue de Protection des Oiseaux (LPO)

mantes-actu.net

abou
Par abou décembre 7, 2020 18:12

Abonnez-vous à notre newsletter