JO Tokyo – Triathlon – Poissy : médaille de bronze pour Léonie Périault, Cassandre Beaugrand et Dorian Coninx en relais mixte

abou
Par abou août 1, 2021 14:48

JO Tokyo – Triathlon – Poissy : médaille de bronze pour Léonie Périault, Cassandre Beaugrand et Dorian Coninx en relais mixte

Aboubakry N’diaye – Publié le 01.08.2021, 

Dans la nuit de vendredi à samedi, les triathlètes Léonie Périault  Cassandre Beaugrand, Dorian Coninx et Vincent Luis ont terminé à la troisième place de l’épreuve du relais mixte de triathlon aux Jeux olympiques de Tokyo. 

Le quatuor tricolore a décroché la toute première médaille du triathlon français aux JO, derrière la Grande-Bretagne et les États-Unis. Cette discipline figurait pour la première fois au programme olympique. Champions du monde 2020 par équipes, Léonie Périault  Cassandre Beaugrand, et Dorian Coninx sont licenciés au club de Poissy. 

Ci-dessous les réactions des quatre médaillés en bronze.

Léonie Périault  : « Je fais une contre-performance même si les filles devant nageaient vraiment fort. J’ai essayé de donner le relais à Dorian avec le moins de retard possible. J’avais une totale confiance en mes coéquipiers, ils avaient vraiment envie de se rattraper de leur course individuelle. De mon côté j’ai eu beaucoup de frustration. C’est complètement fou de fêter mon anniversaire avec une médaille olympique autour du cou ! C’est un rêve qui se réalise. »

Dorian Coninx : « J’aime toujours autant cette épreuve avec l’équipe où il y a toujours une très bonne ambiance. On avait tous envie de se rattraper de nos courses individuelles et Léonie de continuer sur sa belle lancée. Même si nous étions favoris, il faut toujours aller la chercher la médaille et on a réussi. J’ai essayé de gérer la course avec les circonstances dans lesquelles j’étais. Je savais que derrière Cassandre avait une très bonne natation pour aller chercher les filles. Je n’ai pas trop réfléchi en mettant tout ce que j’avais. On a tous fait de notre mieux, personne n’a fait d’erreur, c’est une très belle médaille de bronze. »

Cassandre Beaugrand : « On est passé par toutes les émotions pendant la course. On s’en sort vraiment bien, on fait une bonne course et nous sommes très contents de ramener cette 1ère médaille au triathlon français. La chaleur ne m’a pas gênée car on avait bien travaillé dessus. J’ai essayé de me concentrer sur mon relais sans me mettre plus de stress, de penser à tout ce que je pouvais mettre en place pour grapiller quelques secondes sur la tête. J’ai été surprise de revenir sur l’Américaine. Je n’ai pas très bien géré le vélo mais j’ai tout donné en course à pied. »

Vincent Luis : « C’est comme ça que j’avais imaginé le déroulement de la course. Yee est l’un des meilleurs coureurs du circuit, c’était le plus fort aujourd’hui. Il savait qu’il avait à gérer à vélo pour chercher ensuite l’or à pied alors que je n’étais pas à 100 %. C’est de bonne guerre, j’ai joué mes cartes, il a joué les siennes. Je suis satisfait de ma prestation dans un sport qui devient de plus en plus tactique. On a choisi de faire partir Léonie devant, c’était peut-être risqué mais elle a assuré comme une cheffe. Dorian et Cassandre ont assuré aussi. Puis je prends le relais 3. Je finis 3. C’est donc bien. J’ai beaucoup donné dans les 15 premières minutes de la course puis il m’a manqué un peu d’essence. Ce sont les JO, il fallait y aller pour une médaille d’or aujourd’hui. Je ne me suis jamais posé la question d’assurer la 3ème place, je voulais ramener l’or pour l’équipe. J’ai fait une grosse natation et un gros vélo mais je n’ai pas réussi à revenir sur Yee avec l’Américain derrière qui ne me lâchait pas. Finalement j’ai essayé d’assurer l’argent ou le bronze sur la course à pied. Là je n’étais pas à 100 %, j’ai passé près de 20 minutes à fond et il ne fallait pas que je me mette dans le rouge. Je pense avoir fait la meilleure course possible, il m’a manqué un peu de watts à vélo pour lâcher Yee et prendre quelques secondes. On reviendra dans 3 ans pour chercher l’or à la maison ! J’aurais préféré repartir avec 2 médailles autour du cou. J’en ai une et il ne faut pas cracher dessus, c’est incroyable et elle est historique. C’était déjà très dur d’être dans l’équipe, il faut continuer de travailler, cette médaille d’or restera à jamais un rêve de gamin. »

mantes-actu.net

abou
Par abou août 1, 2021 14:48

Abonnez-vous à notre newsletter