Le progrès c’est nous – Mohamed Dagdag: “vous ne pouvez pas condamner nos enfants à la médiocrité.”

abou
Par abou novembre 22, 2013 12:30

Le progrès c’est nous – Mohamed Dagdag: “vous ne pouvez pas condamner nos enfants à la médiocrité.”

Aboubakry N’diaye – Publié le 18.11.2013 – 12h30

PIRLO 2

© 2013 – Albane Devouge

La Fondation pour l’innovation politique organisait samedi un événement exceptionnel, le progrès c’est nous, à la Maison de la mutualité à Paris. Pendant 24 heures non-stop, plus de 140 intervenants se sont succédés sur scène. Parmi elles, Laurence Parisot, Charles Beigbeder, Alain Minc mais aussi le mantais pure souche Mohamed Dagdag.

Ce proche de Pierre Bedier au sens politique aiguisé fait partie des ” innovateurs*”, un club qu’il a cofondé  il y a quelques mois avec des jeunes actifs (Alexandre Vesperini, Robin Rivaton, Héloïse Biard, Xavier de Bonnaventure)  qui souhaite faire entendre la voix libérale de leur génération.

Peu après 15 heures, Mohamed Dagdag est monté à la tribune afin de présenter son parcours personnel et son expérience d’entrepreneur engagé dans les affaires internationales. “Je ne parlerai pas d’immigration, ni d’insécurité, ni d’islam, ce débat n’intéresse plus personne” a-t-il déclaré au début de son discours**.

Diplômé de l’Université d’Assas, l’entrepreneur de 31 ans anime un département de courtage de matières premières énergétiques au Moyen Orient: “les innovateurs, c’est un club libéral, générationnel et coopératif c’est-à-dire que nous voulons devenir acteurs et partie prenante du débat” ajoutait-il.

Mohamed Dagdag a lancé un dernier message à ceux qui gouvernent la France: “vous ne pouvez pas condamner nos enfants à la médiocrité. Faites confiance à la jeunesse”.

*http://www.valeursactuelles.com/lettre-aux-a%C3%AEn%C3%A9s-qui-nous-gouvernent20130626.html

**http://www.dailymotion.com/video/x179rzf_le-progres-c-est-nous-mohamed-dagdag_news

mantes-actu.net

abou
Par abou novembre 22, 2013 12:30
Écrire un commentaire

Sans commentaires

Aucun commentaire pour l'instant!

Permettez-moi de vous raconter une histoire triste! Il n'y a pas encore de commentaires, mais vous pouvez être le premier à commenter cet article.

Écrire un commentaire
Voir les commentaires

Écrire un commentaire

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Abonnez-vous à notre newsletter